NRJ Music Awards: Rétrospectives des moments les plus cocasses

Publié le par Bratislabat


Dans quelques heures commencera la 11ème éditions des NRJ Music Awards (à prononcer NRJiiiiii Miousic Owoooords !).

A cette occasion, je vous propose de jeter un coup d'œil. J'aurais pu vous faire une sélections des "stars" que cette cérémonie "Hits Music only" s'est permis d'avoir mais un zapping des moments les plus drôles et plus cocasses est plus amusant à faire. Je distinguerais 3 époques et 3 ambiances propres aux 3 animateurs les plus marquants de cette cérémonie.

ANTHONY KAVANAGH, le showman à l'américaine.
Il est à ce jour celui qui a assuré le plus grande nombre de cérémonies de 2001 à 2006. Et on sentait bien dans son style l'école américaine: il faisait des blagues très souvent droles, chantait et dansait. Bref, il faisait le show et assurait le boulot.

Le souvenir le plus marquant qui me vient en tête est quand, en 2001, il nous avait présenté la catégorie farfelue du "Chanteur du siècle". Chaque nominé était Anthony Kavanagh sous différents pseudos avec des versions modernes de vieux tubes ringards. Je ne me lasse pas d'ailleurs de "Tata Yoyo" d'Annie Cordy façon R'n'b.



En 2005, il avait un tour de force lors d'une intervention en expliquant comment faire un tube et surtout comment on entube les gens. Je trouve ça assez audacieux, voire gonflé d'égratigner la radio organisatrice de la cérémonie.



Arthur, le showman à la française

Après l'empreinte laissé par Anthony Kavanagh, il en fallait sous le coude pour pourvoir se permettre de faire le show aussi bien. Lorsque ce fut au tour d'Arthur de prendre le relais, nous avons pu voir deux types de comiques: ceux dont c'est le métier et qui assurent sur scène. Comme ici avec Florence Foresti en 2007.



Mais on a vu aussi des comiques amateurs qui pratiquent l'humour en hobby comme d'autres font la poterie le week-end.



Nikos Aliagas, le FAIL dans toutes sa splendeur.

Pour finir, voici notre grec préféré qui présente la cérémonie depuis 2008. Ce qu'il y a à retenir de son époque, ce sont des plantages, en particulier par deux fois avec des gagnants ... Annoncés à tort !!!

D'abord en 2009, suite à une erreur d'enveloppe, le prix de la chanson de l'année est passée de Katy Perry à Rihanna, ce qui a nécessité une annonce de l'erreur à la fin de la cérémonie.



Puis en 2010, rebelote. Cette fois-ci, le bug ne viendra pas d'une enveloppe mais de Kamel Ouali qui sous l'émotion déclarera Les Black Eyed Peas gagnant alors qu'il s'agira des Tokio Hotel. Il viendra corriger sa bourde un quart d'heure plus tard. Mais comme on dit, faute avoué est à moitié pardonné.



Deux gagnants annoncés à tort deux années de suite, avouez que ça ne fait pas très sérieux.

Mais dans le genre "N'importe quoi", je crois que la palme revient à Diam's l'année dernière. Il faut rappeler que lors de la promotion de son dernier album, elle passait pour quelqu'un qui s'est radicalisé, notamment par le fait qu'elle refusait TOUTES les interviews. Venant aux NMA pour chanter sa chanson Peter Pan sur le thème de l'enfance, nous avons eu la surprise de la voir dans une mise en scène grotesque déguisée en gros Nounours.



A quoi aurons-nous droit ce soir? C'est ce soir sur TF1 !!

En bonus, je vous laisse une dernière vidéo datant de 2002 : un FAIL de Jean-Jacques Goldman qui s'est raté dans son playback lors de sa chanson "Ensemble" à 2 minutes 20.

 



 

(Si, si Jean-Jacques, ça s'est vu)

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article